Post details

blog-image

Le Groupe Alma s’appuie sur MCG Opportunités pour la reprise stratégique d’Agilium

Impliqué dans plusieurs activités numériques, le Groupe Alma est l’un des leaders mondiaux des logiciels de CFAO pour la découpe et la tôlerie. La particularité du groupe est entre autres d’être constitué en Scop depuis sa création. Alma aujourd’hui, c’est plus de 160 passionnés qui s’investissent, innovent et développent une entreprise toujours plus en mouvement et en croissance. Nous sommes revenus avec Laurence Ruffin (PDG) sur la reprise avec l’aide de MCG Opportunité d’Agilium en 2020.

Laurence Ruffin, pouvez-vous nous parler de la genèse de cette reprise ?

Alma est un groupe grenoblois par nature diversifié dans le secteur numérique et nous avions identifié Agilium, une société basée près d’Annecy en 2019, qui éditait et intégrait des solutions logicielles reposant sur une plateforme de BPM (modélisation de processus métier). Nous étions déjà impliqué dans le collaboratif, mais plutôt comme intégrateur et prestataire de service, or nous cherchions à nous renforcer dans l’édition de logiciels. À ce moment, nous avions eu seuls des discussions avec Agilium qui était en phase de développement. Il y avait déjà une vraie synergie. 

Comment s’est passée la reprise et pourquoi avoir fait appel à MCG Opportunités ?

Nous avons appris qu’il y avait une opportunité pour reprendre la société début 2020, et que nous avions une fenêtre de tir très courte, moins de 2 mois pour rencontrer les équipes et présenter le projet, et c’est là où MCG a joué un rôle très important, car ils ont pu rédiger les offres, et surtout, ils ont compris le marché. La reprise se faisant au tribunal de commerce, il était indispensable de se faire accompagner. MCG est très au fait du fonctionnement des tribunaux de commerce et cela nous a permis de nous focaliser sur des aspects stratégiques et opérationnels des différents métiers.

Le temps est donc important dans une offre de rachat ?

Dans ce cas, cela s’est joué en très peu de temps, des discussions avec l’administrateur, au tribunal de commerce, il faut aller très vite. De plus, derrière tout cela, il y a beaucoup de choses à gérer.  Le contexte était aussi très compliqué en raison de la crise sanitaire, les greffes étaient fermés. Nous n’avions plus d’interlocuteur, mais MCG a une très grande connaissance de la reprise. Nous n’en n’étions pas à notre première croissance externe, mais cela est assez technique de reprendre au tribunal.

La crise sanitaire a-t-elle impactée les négociations ?

Bien sûr, le contexte n’était pas idéal, car nous avons commencé les discussions avant la crise et nous avons dû finaliser pendant le confinement. Mais le plus gros challenge était de faire décoller une boite en temps de Covid, ce qui change la donne. Cela a fonctionné car le rapprochement avait vraiment un intérêt des deux côtés :il nous donne une position plus forte en tant qu’acteur de la Transformation Numérique des entreprises.

C’est vraiment un projet de développement entre les deux sociétés ?

Oui, car nous gardons la technologie d’Agilium et elle vient compléter le savoir-faire d’Alma.

Sur le volet humain, nous sommes une Scop, ce qui implique un management partagé, et culturellement, il fallait avoir une proximité avec les équipes. Nous avons décidé de faire cette reprise en Scop conjointement avec les salariés des différentes entités.

Quelle était la priorité après cette reprise ?

Nous avons perdu un peu de temps à cause du confinement.

Il nous fallait relancer le business et la situation sanitaire a fait que nous ne pouvions pas nous voir. Nous avons donc eu quelques mois de latence. A la rentrée, avec l’appui d’un séminaire, nous avons pu donner toute la puissance à ce rapprochement. Aujourd’hui, nous avons remis un rythme de rencontre et désormais nous multiplions les présences d’un côté ou de l’autre.Il y a une véritable appartenance au groupe Alma. La croissance est au rendez-vous et nous avons recruté deux personnes de plus depuis la reprise.

Quelle est votre stratégie lors de croissance externe concernant les marques ?

Cela dépend des situations, mais pour Agilium nous avions remarqué une bonne notoriété et un lien fort entre Agilium et ses clients. Il nous a semblé que nous avions intérêt à garder le nom d’Agilium en tant que marque des logiciels de BPM du groupe, tout en capitalisant sur l’appartenance de l’entité au groupe Alma. Ainsi « Agilium Groupe Alma » se fond désormais dans l’identité visuelle du groupe, ce qui marque la continuité et montre que l’équipe continue l’aventure.

Pour finir, vous êtes satisfait de votre accompagnement par MCG Opportunités ?

MCG est un véritable partenaire et travailler avec eux nous a permis de ne pas rater d’informations. Dans une reprise, on vous demande de la réactivité et une forme de technicité juridique et la reprise à la barre est assez technique. Travailler avec MCG nous a fait gagner du temps au moment où la rapidité est la clé. De plus, MCG a agi comme un véritable conseil, bien sûr au niveau technique, mais aussi sur des aspects subjectifs, par exemple, sur le prix de reprise.  Cela permet d’avoir un accompagnement très transversal. Une reprise, c’est intense, il faut se faire accompagner.